Retour

NAIWAN - [Aredhel]

Chapitre I : Les profondeurs démoniaques


Un cri retentit.
À l’intérieur de ce qui semble être une caverne, une longue porte immense longe un mur de pierre. Une silhouette étendue par terre semble désespérée devant ce portail d’une beauté rarissime. Il scrutait l'entrée sans déceler la moindre trace de ce qu’il cherche. En effet, une multitude de signes y étaient gravés, des symboles incompréhensibles pour un habitant de Vesperae. Effondrée, la silhouette semble perdre espoir et s’endormit dans une profonde mélancolie.

Il eut eût meilleur compte de rester éveillé... En effet, un monstre qui l'observait depuis de longues heures profita du sommeil de l’homme pour l’emporter dans des abîmes dignes de celles d’Abbadon.

Durant son sommeil, il vit des choses plus cauchemardesques qu'il n'en avait jamais vu auparavant. Dans sa tête, la terreur régnait en maître, des créatures abominables y semaient le chaos. C’est alors que l’une d’elle se défit du groupe et brusquement tout se dissipa dans l'obscurité la plus profonde. Il ne restait plus que lui et le monstre à l'allure terrifiante. Celui-ci lâcha alors un rire qui glaça tout les membres de l’homme, qui se fondit en un pantin sans volonté.

« C'est bien rare que l’on aie de la visite ! D'habitude nous allons chercher notre nourriture nous même. Toutefois, nous ne rechignons pas lorsqu’elle nous est offerte sur un plateau ! », dit la créature qui l'avait transporté dans ces lieux.

- Mais ... Qui êtes-vous ? Où suis-je ? Que se passe-t-il ?, répondit l'homme, désormais éveillé.

- Tu te trouves présentement dans les profondeurs de l'enfer, je me nomme Haurès et je suis la personne qui te goûtera en premier !

- Comment suis-je arrivé ici ?

- À toi de me le dire ! Bref, trêve de bavardage, à table ! »

Haurès sauta habilement au visage de sa victime dans l'idée de la dévorer. Celui-ci parvint tant bien que mal à s'enfuir, manquant plus d’une fois de laisser sa peau aux mains de cette horrible créature. Désorienté, il ne tarda pas à se perdre dans les profondeurs infernales de cette caverne.

À mesure qu’il progressait, l’obscurité devenait sans cesse plus oppressante. À tel point que l'homme se demandait s’il n'aurait pas mieux fait de se laisser dévorer.
C’est alors que des rires encore plus machiavéliques que celui d'Haurès résonnèrent. Pris de panique, le jeune homme courut de toutes ses forces jusqu'à trébucher, il se rendit alors compte que les rires avaient laissé place a un silence pesant.
Les heures passèrent et soudainement, une lumière venue de nulle part inonda la pièce. Réalisant qu'il était assis sur des ossements humains, l'homme se releva d'une traite. Il aperçu un pic qui triomphait des os humains et courut vers ce dernier. Le désespoir l'envahissait de plus en plus.
Il saisit un os qui semblait assez coupant, s'entailla le bras et écrit sur le pic ces quelques mots :

« Naiwan, né le Fullia 20 Falonas dans une ferme de Lhynn. J'ai deux frères et une sœur qui m'attendent à la maison, notre famille souffre d'extrême pauvreté. La réputation de notre famille est quant à elle presque aussi basse que notre revenu ; tout Vesperae prend notre père pour un cinglé. »

Il dût s'arrêter, son bras ne pouvant plus verser aucune goutte de sang. Il s'effondra sans avoir conscience des deux yeux rouges qui l’épiaient dans l’ombre.

À son réveil, étendu par terre, ligoté et épuisé, il aperçu une quinzaine de silhouettes, toutes plus effrayantes les unes que les autres. Après les avoir longuement regardées, il se souvint d'un mythe vieux comme la création de Vesperae que son père lui avait raconté étant enfant. C'était une légende, celle des démons d'Hades. Elle les donnait au nombre de vingt-cinq, régnant dans les profondeurs vesperaliennes, hantant les cauchemars des plus grands guerriers.

Devant lui se tient Chad, armé d'une immense épée inondée de sang. Les cheveux en broussaille, il grogne et rage.
À droite, un démon plus jeune affiche un sourire machiavélique. Il se nomme Sarrasin.
À gauche, deux autres sont debout. L’homme est sans doute MiTh, et la femme à ses côtés est certainement Chantilly.
Derrière lui, quatre silhouettes se découpent dans le noir. Dès lors qu’elles s’avancent, Naiwan reconnaît Haurès, accompagné de Felinn, Noodle et Forsaken.
Un peu plus loin, Scaramanga est aux prises avec Zakio, ces derniers semblent épuisés.
Soudain, un bruit infernal résonna dans la pièce toute entière. Naiwan put voir quatre personnes qui venaient d'apparaître. Un centaure suivi de trois humains apparûrent, il s'agissait d'Ashira, de FelT, de Milonga et de Langel.

Il les dévisageait, essayant de trouver une façon de s'enfuir. Mais il n'en trouva aucune et ses adversaires trouveraient sans doute moyen de le retenir prisonnier dans cet endroit. « Bon ... On en fait quoi ? », ces mots semblèrent provenir d’outre-tombe.


Chapitre II : L'exil


Cela faisait maintenant trois ans que Naiwan vivait avec les démons d'Hades. Lui qui devait servir de repas aux habitants des abysses finit par se lier d'amitié avec eux. Tous étaient habitués maintenant à croiser Naiwan reposant près du Styx ou préparant des mauvais coups avec Zakio.

Cependant, une telle allégeance n'est pas à prendre à la légère. Pour être admis, il fallait renoncer à sa vie antérieure. Ce n'est qu'après avoir envoyé sa propre famille au paradis que Naiwan fût accepté au sein de la communauté infernale. Peu à peu, il acquit une dextérité hors du commun. Lui qui n'était qu'un fils de fermier commença à pratiquer l'escrime. Ses sens se développaient de jour en jour et son habileté à manier l'épée ne cessait de progresser.

Suivant l'entraînement de Noodle, Naiwan devint l'une des plus fines lames de l'enfer. L'armure de Naiwan était sombre avec des éclats bleus ciel, elle fût forgée à la demande de MiTh pour fêter le premier anniversaire de l'arrivée de Naiwan. Désormais âgé de 20 ans, la nouvelle recrue présentait des caractéristiques intéressantes. On raconte même qu'il avait le potentiel nécessaire pour détrôner Chad, champion invaincu d'Hades.

Le passe-temps préféré des démons était de hanter les habitants de Vesperae. Sur un coup de tête, ils pouvaient massacrer un village entier pour satisfaire leurs pulsions meurtrières. Leur arrivée sur Vesperae est synonyme de bain de sang. Il est simplement impossible de leur échapper. Felt adore étirer les boyaux de ses victimes et s'assure qu'elles soient encore vivantes lorsqu'il procède. Langel n'est pas aussi gentille que son compatriote ; elle prend un malin plaisir à manger la tête de ses victimes. Naiwan, quant à lui, ne partageait pas cet intérêt. Peut-être est-ce parce qu'il a connu la vie d'humain jadis, ou alors la récence de son entrée ne lui permet pas de partager ces plaisirs.

Rares sont ceux ayant vu les démons d'Hades de leurs propres yeux et qui sont en mesure de le raconter. Parmi ceux-ci se dresse Eizen, figure encapuchonnée.